D'où viennent les peurs des enfants ?

  • Witchs house 1635770 1280
  •  
  • D'où viennent les peurs des enfants ?
  •  
  •  
    Il y a des peurs qui viennent de la relation avec l’autre. La première grande peur – dans le prochain chapitre, nous l’aborderons sous le nom de « crise des huit mois » — est celle liée à la séparation d’avec la première personne qu’on aime, d’avec celle qui prend soin de nous. C’est une peur qui ne s’apprend pas ; il n’y a pas « apprentissage » de la peur de séparation. L’enfant est tout simplement confronté à cette peur et doit y faire face. L’adulte peut l’aider à mieux la vivre, à la surmonter, à la rendre moins pénible de ce qu’elle est, mais il ne peut pas lui éviter de vivre cette angoisse. Elle fait partie d’une étape du développement de l’enfant. C’est aussi une des peurs qui resurgissent à chaque étape du développement. Pensez aux pleurs, aux cris d’un enfant qui se voit déposer à l’école et voit disparaître sa maman ; là aussi, l’enfant ressentira la peur de séparation. C’est une peur qui nous accompagnera tout au long de notre vie ; elle peut à tout moment resurgir, rebondir et nous envahir. L’adolescent qui voit son grand amour l’abandonner pour un autre, l’adulte qui sait qui peut perdre à tout moment un être très cher qui est sur le point de disparaître à jamais…Ce sont tous des moments qui ouvrent les portes aux pénibles angoisses de séparation que nous pensions être ensevelies pour toujours. Votre rôle de parent n’est donc pas d’essayer de vaincre ce type de peur chez votre enfant, mais de lui offrir les meilleures conditions pour la surmonter. Ces conditions lui permettront de surmonter l’angoisse de séparation à chaque étape du développement et de se construire un solide édifice psychique grâce auquel il pourra y faire face quand elle se présentera à nouveau dans le futur.
    Il y a des peurs qui viennent des conflits psychiques. Il peut s’agir d’un conflit entre les besoins personnels de l’enfant et les interdits des autres, d’une contradiction entre ses désirs et la difficulté de les réaliser à cause de ses capacités ou de son entourage.
     
    D’autres peurs viennent des autres et de l’environnement :
     
  • Les tensions familiales permanentes peuvent être une source de peur. Quelques disputes de temps en temps au sein d’une famille font partie de la vie de couple, mais s'ils persistent, si les cris et les accrochages entre papa et maman font partie du quotidien, l’impact négatif sur l’enfant est inévitable. Les enfants sont comme des éponges, ils vont absorber toute la tension ambiante, et la peur risque de s’installer…
  •  
  • L'enfant peut aussi développer une peur en observant la réaction des parents, ou des personnes de son entourage, face aux êtres vivants ou aux événements. Votre visage effrayé devant une grosse araignée ou votre corps tétanisé face à une souris peuvent provoquer la même peur chez votre enfant. On entend parfois un adulte dire : « J'ai vu ma mère crier quand elle a vu d'une souris, depuis, j'ai aussi peur des souris ». Par sa réaction, l’adulte transmet à l’enfant des craintes. Ce sont des peurs que l’enfant apprend par imitation.
  •  
  • Les enfants sont aussi sensibles aux propos qu'ils entendent. S'ils entendent dire que les chats sont dangereux avec leurs griffes, ils pourront commencer à les craindre.
  •  
  • Assister à un événement traumatisant ou effrayant provoque aussi des peurs. Différentes situations désagréables peuvent se produire : un enfant est témoin d'un grave accident de la route, il ne voit pas venir le chien et s’effraie lorsqu'il le voit surgir devant lui ou il est mordu par un chien. Ces différentes situations — un accident, l’effet de surprise ou une morsure — peuvent laisser des souvenirs effrayants qui perdurent dans le temps. Ce sont des peurs qui naissent à la suite d'une expérience traumatisante.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire